La facture et les maisons de pianos à Liège





Le pays de Liège (Belgique) a vu naître sur son sol plusieurs facteurs de pianos. Pascal TASKIN (Theux, 1723 ; Paris, 1793) dont le talent s'exprima à Paris est sans conteste le plus célèbre et le premier constructeur de pianos en France (1776). Garde des instruments de musique du Roi Louis XVI, il fabriqua le clavecin de Marie-Antoinette. Ce qui ne l'empêcha pas d'épouser avec enthousiasme les idées de la Révolution française.


Pascal Taskin
(Liège, 1723 - Paris, 1793)

Facteurs de pianos actifs à Liège de 1830 à 1945 :

• DUMOULIN (cliquez ici)


Carte-porcelaine, vers 1850.
La rue sur Meuse devint la rue Cathédrale en 1908.

• ELAND

• Alexandre HANLET (cliquez ici)

D'origine verviétoise, Alexandre HANLET s'installa à Liège vers 1900 avant d'ouvrir une fabrique de pianos à Vilvorde et d'être à la base de la célèbre maison de Paris.

• HEINEMANN (cliquez ici)

• HOEBERECHTS (cliquez ici)

• Prosper LENTZ

• Emile NANGELS

• RENSON (cliquez ici)

Les ateliers Renson, situés au coin du boulevard d'Avroy et de la rue Darchis accueillirent Karl-Friedrich ESTHER qui y fabriqua, en plus de pianos, le clavecin (1930) (Cliquez ici) pour l'Association pour l'Etude de la Musique de Chambre (A.M.C.) qui fut utilisé pendant près d'un demi-siècle lors des concerts de clavecin à Liège, notamment de Charles Van Lancker...

• Gaspard SCHULTZ (cliquez ici)


Quelques maisons liégeoises, parfois renommées, eurent un rôle de succursale ou de dépôt pour des fabrications qui n'étaient pas de leur fait même si parfois leurs noms étaient gravés dans l'instrument. La problématique de la marque de marchand, voire de la fausse marque, est ancienne.



________________________________________________________________________________________________

A côté de ces quelques fabricants, de nombreuses maisons de pianos furent actives à Liège. Certaines s'enorgueillirent d'être fabricants alors qu'elles ne proposaient que des pianos fabriqués ailleurs mais portant leur nom. Récemment quelques maisons se sont installées en accent leur activité principalement sur la seule vente. Il n'existe plus à ce jour à Liège beaucoup d'ateliers pouvant mener à bien une restauration voire une livraison dans les règles de l'art.


• BERNARD (Pour en savoir plus : cliquez ici)

• DEREUSME (Cliquez ici)

• ESTHER (Cliquez ici)

• FRAMBACH (Cliquez ici)

• GEVAERT (Cliquez ici)

• MASSART (Cliquez ici)

• PAUWELS (Cliquez ici)

• SCHULTZ (Cliquez ici)



Ces maisons vendirent de nombreuses fabrications de pianos telles que Adam de Crefeld, Bechstein, Bentley, Berger, Blüthner, Bösendorfer, Erard, Elcké, Fazioli, August Förster, Gaveau, Geyer, Grotrian-Steinweg, Alexander Herrmann, Hoffmann, Hupfeld, Ibach, Irmler, Kawai, Kriegelstein, Mussard, Gebr. Niendorf, Rippen, Rönisch, Petrof, Pleyel, Rösler, Samick, Sauter, Schimmel, Schiedmayer, Seiler, Staub, Steinway, Yamaha, Zimmermann.


La diffusion de Bechstein à Liège dut beaucoup à Victor Dereusme. La production d'August Förster fut introduite à Liège dès 1934 par Karl-Friedrich Esther.




Les pianos Rönisch au coeur de Liège : le Vinâve d'île au milieu du XIX ème siècle.


Il y eut aussi de nombreuses petites maisons, parfois éphémères et parfois déroulant une longue activité :

• Jacques BOVY à Fléron (cliquez ici)

• Joseph COUNE-DETROZ à Esneux (Cliquez ici)

• Jules DELVAUX à Kinkempois (Cliquez ici)

• Jules DOPERÉ (Cliquez ici)

• ERNOTTE (Cliquez ici)

• HAVARD à Chênée et rue Saint-Paul à Liège

• GÉRARD (Cliquez ici)

• L. GÉROME en Féronstrée

• Mme GRISAR (Cliquez ici) au coin des rues Saint-Remy et des Clarisses

• MAGGI-ROBA (Cliquez ici)

• Prosper RAFHAY rue Lairesse (Cliquez ici)

• F. THISSE à Jemeppe

• Edgard TYSSENS (Cliquez ici) dans l'ancienne rue André Dumont qui poursuivait la place des Carmes vers la Meuse

• Léonard VAN DAMME (Cliquez ici)


Et aussi de riches personnalités : Richard ANDRIOLO (Cliquez ici), BAIWIR, Jean HOTTERMANN (Cliquez ici), LATINNE, Charles RANSY-FAZIUS à Sclessin (Cliquez ici), RENARD et tant d'autres.




Richard Andriolo et Karl-Friedrich Esther
devant le magasin de la rue des Clarisses (1953).




Retour     Accueil

Carte du site