PIANOS ESTHER

La plus ancienne maison de pianos de Wallonie
Agence Rönisch

 


Le Pleyel de la Maison de l'Art Nouveau de Siegfried Bing
Exposition internationale de Paris - 1900

Piano droit Pleyel en bois de citronnier et marqueterie n°123 308



Usinenis - 1912
Entrée de la Maison de l'Art Nouveau de Siegfried Bing.



En 1900, l'Exposition internationale de Paris offre à Siegfried Bing de faire oeuvre d'un ensemble décoratif moderne vraiment français. Il s'agit d'une maison, érigée sur l'Esplanade des Invalides à Paris, qui se divise en six pièces dont la décoration, le mobilier, l'aménagement ont été exécutés d'après les plans et dessins d'artistes proches de Siegfried Bing. La maison de l'Exposition portera le nom Maison de l'Art Nouveau. Le magasin de Siegfried Bing, rue de Provence n°22, était à l'enseigne Art Nouveau ; cette expression employée pour la première fois pour caractériser l'art moderne de l'époque sera reprise pour qualifier tout le courant artistique du tournant du siècle : l'Art nouveau.

Une de six pièces de la Maison de l'Art Nouveau de l'Exposition internationale est le salon, dont l'auteur principal est Edouard Colonna.

Usinenis - 1912
Le salon de la Maison de l'Art nouveau
avec le piano Pleyel n°123 308 lors de l'Exposition internationale de Paris - 1900.
Extrait de LAMBERT, Th., Meubles de style moderne - Exposition universelle 1900 - Sections françaises et étrangères, Paris, 1900, planche 17.


"C'est le type du salon français dans l'entière acceptation du mot, moins la pièce où l'on vit que la pièce où l'on reçoit : un peu de parade n'y messied point. (...)

Ici, les lignes s'assouplissent, deviennent plus gracieuses et plus sveltes ; les colorations s'atténuent en des harmonies plus fines, et le contraste est charmant, avec l'intensité puissante de la salle à manger, de cette gamme mineure de jaunes et de verts que font les tentures de velours vert uni à reflets doux, les meubles de citronnier, à la tonalité chaude et chantante, et les soies à fleurs qui recouvrent les sièges, et les carpettes dont est caché le sol, tout cela baigné dans la lumière dorée que tamisent les vitraux des fenêtres et les vélums du plafond.

Un canapé, des fauteuils, des chaises, une vitrine, un piano droit (N.B. : c'est le Pleyel n° 123 308), un casier à musique, une table, en bois de citronnier et marqueterie, garnissent cette pièce; l'ensemble est très réussi, d'une nouveauté sage, d'un équilibre savant et sans la moindre tare d'excentricité. On peut dire des artistes de l'Art Nouveau que la principale caractéristique de leurs efforts, c'est le sens, si rare aujourd'hui, de la mesure. Loin de s'accommoder des bizarreries faciles qui rendent, fort légitimement, odieuses à bien des gens les tentatives de rénovation de l'art décoratif auxquelles nous assistons depuis quelques années, loin de céder aux séductions de l'étrange et du fantastique, on les devine animés de plus hautains désirs; qu'ils visent à se garder des influences extérieures et à renouer les traditions des vrais styles français au lieu, selon les fluctuations de la mode, de parisianiser des modèles anglais, allemands ou belges, voilà qui fait leur éloge."

Extrait de MOUREY, Gabriel, L'Art Nouveau de M. Bing à l'Exposition universelle in Revue des Arts décoratifs, Paris, Victor Champier Directeur, 1900, p. 257-268.


Ce piano, oeuvre unique, a été commandé par Siegfried Bing pour l'Art Nouveau, sur base des dessins d'Edouard Colonna, à la manufacture de pianos Pleyel. Il a été sauvé d'une dégradation complète et est aujourd'hui, parfaitement restauré, visible en notre magasin à Liège.


Usinenis - 1912





 
Diverses vues du meuble du piano Pleyel Art nouveau n°123 308.



Usinenis - 1912
Extrait du Fonds d'archives de la manufacture Pleyel, conservé à la Cité de la Musique de Paris.
On y découvre que le piano Pleyel fabriqué pour Siegfried Bing ( avec dessins de Bing) est sorti de la manufacture Pleyel de Saint-Denis le 23 mai 1900.
L'Exposition internationale sera inaugurée le 14 avril 1900 mais le pavillon de la Maison de l'Art Nouveau sur l'esplanade ne sera inaugurée qu'à la fin juin 1900,
comme l'indique un article d'Octave Maus du 1er juillet 1900 : "C'est la semaine dernière seulement que M. Bing a pu ouvrir - ou entr'ouvrir, car tout n'est pas achevé !"


Voici une oeuvre unique de l'Art nouveau, de l'art moderne, où tout exprime une sensibilité recherchée "jusqu'aux moindres détails, afin que tout portât la marque de l'inédit et s'harmonisât heureusement" (Extrait de MOUREY, Gabriel, L'Art Nouveau de M. Bing à l'Exposition universelle in Revue des Arts décoratifs, Paris, Victor Champier Directeur, 1900, p. 257-268.)



Usinenis - 1912
Vue intérieure du piano Pleyel Art nouveau de Siegfried Bing avec le n°123 308 visible sur le montant droit.


Prix sur demande.

© 2004-2017 Pianos Esther - Tous droits réservés.