August Förster

Manufacture de pianos fondée à Löbau en 1859





Les armes de l'Oberlausitz.



En 1829, Friedrich-August Förster voit le jour à Oberseifersdorff, petit village de l'Oberlausitz (Saxe), où son père est tisserand. Enfant doué et appliqué, il entreprend un parcours d'apprentissage de l'ébénisterie. Il travaille dans un atelier de fabrication de meubles d'art lorsque la révolution de 1848 survient : il est amené à réparer quelques violons et guitares à Niedercunnersdorf. Il attrape le virus de la passion de la facture des instruments de musique. Après avoir travaillé auprès des facteurs de pianos Hiecke et Eule à Löbau, il entreprend un tour d'Allemagne qui le mène à Zittau, à Dresde, à Leipzig, à Göttingen, à Hambourg, à Altona...




August Förster (1829-1897)
Extrait de 100 Jahre - Förster - Werden und Wirken deutscher Klavierbauer, [1959].
Collection Pianos Esther.




Les points noirs indiquent les villes de l'Oberlausitz citées dans ce récit : Oberseifersdorf, Zittau, Löbau, Niedercunnersdord, Jirikov (Georgswalde).



En 1859, plein d'expériences, il revient à Löbau où il ouvre un premier atelier de fabrication de pianos au deuxième étage d'une maison de la Rittergasse. Voici ce qu'il écrit dans son journal à propos de son premier piano : "Je voyais que ce piano, une fois fini, serait impossible à descendre par l'étroit escalier, aussi je le conçus en plusieurs parties que je transportais dehors une fois terminées et que je conduisis à l'Auberge de la Nef d'Or où je les réassemblais pour un réglage général." A cet atelier, succède rapidement des lieux mieux adaptés comme la Grohmann'sche Haus à Löbau en Saxe.




Löbau en Saxe.




Grohmann'sche Haus à Löbau
Extrait de 100 Jahre - Förster - Werden und Wirken deutscher Klavierbauer, [1959].
Collection Pianos Esther.



Puis, dès 1862, il acquiert un terrain en périphérie de Löbau où la première fabrique de pianos August Förster est érigée (aujourd'hui en bordure de la Jahnstrasse actuelle).




La Pianoforte Fabrik August Förster en 1862.
Extrait de 100 Jahre - Förster - Werden und Wirken deutscher Klavierbauer, [1959].
Collection Pianos Esther.



Le développement de l'entreprise ne cesse de se poursuivre. Le bâtiment de 1873 a déjà l'allure d'une belle fabrique.




La Pianoforte Fabrik August Förster en 1873.
Extrait de 100 Jahre - Förster - Werden und Wirken deutscher Klavierbauer, [1959].
Collection Pianos Esther.



En 1874, de cette fabrique sort le millième piano et trois ans plus tard un grand queue de concert portant le numéro de série 2000. August Förster meurt en 1897 et son fils Cäsar lui succède. L'entreprise devient fournisseur du Royaume de Saxe. Dès 1900, une filiale est ouverte à Georgswalde/Bohême, aujourd'hui Jirikov/Tchéquie, ce qui permet à l'époque d'accéder au marché de l'Empire austro-hongrois sans payer de taxes.




Les armes du Royaume de Saxe.




Piano droit August Förster, n° 1436, année 1875.
Ce piano a été livré par une maison de Braine-le-Comte.
Collection Pianos Esther.



       
Médailles estampées incrustées dans le cylindre du piano droit August Förster n° 1436.
Collection Pianos Esther.




Figure de Mozart ornant le panneau du dessus du piano August Förster n° 1436.
Collection Pianos Esther.




Piano droit August Förster, n° 4490, c. 1882.




Piano droit August Förster, n° 6327, année 1885.
On remarque le demi cadre, la plaque de renforcement de fonte dorée avec le monogramme A. F. et le sommier protégé par une fine plaque métallique grisâtre.
Collection Pianos Esther.



Les progrès techniques et productifs, sous l'ère de Cäsar Förster, font qu'en 1914, un piano de haute qualité sort toutes les 40 minutes des ateliers Förster.



                     
Cäsar Förster (1864-1915) (à gauche) et Hugo Förster (1867-1918) (à droite).
Extrait de 100 Jahre - Förster - Werden und Wirken deutscher Klavierbauer, [1959].
Collection Pianos Esther.




Carte postale commémorative du 50ème anniversaire
de la fondation de la fabrique royale de pianoforte August Förster.
A gauche : l'usine à Löbau en Saxe (Empire allemand). A droite : l'usine à Georgswalde en Bohême (Empire austro-hongrois).
Collection Pianos Esther.




Vue des fabriques et du dépôt des bois August Förster à Löbau, 1916.
Extrait du catalogue August Förster - Kgl. Sächs. Hoflieferant, 1916.
Collection Pianos Esther.




Vue de la fabrique August Förster à Georgswalde, 1916.
Extrait du catalogue August Förster - Kgl. Sächs. Hoflieferant, 1916.
Collection Pianos Esther.



      
Exemples des très beaux modèles de pianos droits fabriqués par August Förster dans les années 1910.
Extrait du catalogue August Förster - Kgl. Sächs. Hoflieferant, 1916.
Collection Pianos Esther.



Au début du XXème siècle, la firme August Förster livre aussi des harmoniums comme l'atteste le catalogue ci-dessous daté de 1908. Cette activité restera limitée dans le temps.




Page de garde du catalogue August Förster - Königl. Hofpianofortefabriken - Abteilung : Harmoniumbau, octobre 1908.
Collection Pianos Esther.



      
Deux des modèles d'harmoniums parmi la douzaine fabriqués par August Förster.
Extrait du catalogue August Förster - Königl. Hofpianofortefabriken - Abteilung : Harmoniumbau, octobre 1908.
Collection Pianos Esther.



Les tempêtes de la guerre de 1914-18 et de l'après-guerre sont surmontées sous la conduite de Margarethe Förster (1875-1953), veuve de Cäsar Förster. Bénéficiant de sa longue expérience, la firme de Löbau produit des pianos de toute première classe. Les modèles développés à cette époque deviennent, au point de vue de la facture, les modèles de références d'August Förster pour les décennies qui suivent comme pour aujourd'hui.



 
Cadre en fonte et décalcomanie avec la marque et les implantations à Löbau en Saxe
et à Georgswalde en Bohème, piano Förster n°43867, 1918.
Photos collection Pianos Esther.




Tigrou le chat se reposant sur le clavier du piano droit August Förster en nos ateliers.
Photo collection Pianos Esther.




En-tête de la filiale d'August Förster à Georgswalde/Bohême, 1920.
Collection Pianos Esther.



Rapidement, dès 1919/1921, l'entreprise bénéficie de l'apport des deux fils de Cäsar : Manfred Förster, qui domine les problèmes commerciaux, et Gerhard Förster, génie de la facture instrumentale. Le renom est à son sommet. Un piano à quart de ton est produit. Suit un électrochord. Cet esprit de recherche et de modernisme rejaillit sur l'image de Förster dont les pianos se retrouvent partout dans le monde. Compositeurs et interprètes sont les invités de la Villa Förster qui brille alors de mille feux.




Gerhard et Manfred Förster.
Extrait de 100 Jahre - Förster - Werden und Wirken deutscher Klavierbauer, [1959].
Collection Pianos Esther.




Gerhard Förster.
Extrait de 100 Jahre - Förster - Werden und Wirken deutscher Klavierbauer, [1959].
Collection Pianos Esther.




Serge Prokofiev fait l'éloge des pianos August Förster (ici à côté de Gerhard Förster), 1937.
Feuillet publicitaire.
Collection Pianos Esther.



 


Piano à queue et piano droit à quart de ton, 1923.
Ces instruments ont été élaborés avec la collaboration du compositeur tchèque Aloïs Hába.
Un exemplaire se trouve actuellement exposé au Musée national de Prague (Museum tscheschischer Musik).




Electrochord, 1932.
Cet instrument électro-acoustique d'avant-garde fut conçu avec l'aide de l'Institut Heinrich Herz de Berlin.
Un exemplaire portant le numéro 75 500, de 1938, a été restauré en 1982 par la VEB Förster Pianos Löbau
et se trouve actuellement dans les collections du Deusches Museum à Munich.




Chantier de bois, 1928.
Extrait du catalogue Förster - Löbau (Sa.) & Georgswalde (C.S.R.), [1928].
Collection Pianos Esther.




Débitage de troncs d'arbre en doublages et placages, 1928.
Extrait du catalogue Förster - Löbau (Sa.) & Georgswalde (C.S.R.), [1928].
Collection Pianos Esther.




Les planches, jointes à l'aide de machines automatiques très puissantes, sont collées en larges tables
dans cette machine rotative à compression pour le collage des joints, 1928.
Extrait du catalogue Förster - Löbau (Sa.) & Georgswalde (C.S.R.), [1928].
Collection Pianos Esther.




Assemblage et réglage des mécaniques de pianos à queue, 1928.
Extrait du catalogue Förster - Löbau (Sa.) & Georgswalde (C.S.R.), [1928].
Collection Pianos Esther.




Des ouvriers s'attellent à la découpe des bois dans une vaste salle, 1928.
Extrait du catalogue Förster - Löbau (Sa.) & Georgswalde (C.S.R.), [1928].
Collection Pianos Esther.




Salle de stockage des pianos à queue, 1928.
Extrait du catalogue Förster - Löbau (Sa.) & Georgswalde (C.S.R.), [1928].
Collection Pianos Esther.




Salle de stockage des pianos droits dont les meubles sont en cours de finition, 1928.
Extrait du catalogue Förster - Löbau (Sa.) & Georgswalde (C .S.R.), [1928].
Collection Pianos Esther.




Marque de fabrique d'August Förster à Löbau en Saxe (1928).
Photo collection Pianos Esther.




Détail d'un cadre en fonte : piano August Förster n° 59344 (1928).
Photo collection Pianos Esther.




En-tête de la manufacture August Förster - Löbau, 1931.
On remarque que Georgswalde est maintenant en C.S.R. (République de Tchécoslovaquie).
Collection Pianos Esther.




Nouvelle en-tête avec la mention des filiales de la manufacture August Förster - Löbau, 1931.
Collection Pianos Esther.




Carton velouté publicitaire, 35 x 13cm, vers 1933.
Collection Pianos Esther.




 
Exemples de modèles de pianos August Förster fabriqués à partir des années 1930.
Feuillets publicitaires.
Collection Pianos Esther.




Plaque émaillée (30 x 42cm), vers 1935.
Collection Pianos Esther.



La guerre de 40-45 amène à son tour le malheur, même si les fabriques Förster sont parmi les rares d'Allemagne (10%) à n'avoir subi aucun dommage. Vaincue, l'Allemagne est occupée par les armées alliées des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et de l'U.R.S.S. Une partition de fait est consacrée entre les parties Ouest et Est, tout en gardant encore pour quelques années une relation d'unité.




Publicité de la maison Förster de Löbau qui paraît juste après la fin de la guerre 40-45. L'entreprise n'a pas encore repris sa production et, en attendant cette reprise, elle déclare :
La rénovation d'un piano Förster est à recommander actuellement dans tous les cas, car les nouveaux instruments pour le marché allemand ne sont pas encore disponibles
.
Extrait de Instrumentenbau Zeitschrift. Organ für den gesamten Musikinstrumentenbau, Musiktechnische Industrie, Fachhandel, Export und Forschung, 2. Jahrgang, Nr. 3, 1947, p. 23.
Collection Pianos Esther.




Dernière publicité pour les 90 ans de la maison August Förster de Löbau avant la création de la République démocratique allemande (1949).
Extrait de Instrumentenbau Zeitschrift. Organ für den gesamten Musikinstrumentenbau, Musiktechnische Industrie, Fachhandel, Export und Forschung, 3. Jahrgang, Nr. 4, 1949, p. 40.
Collection Pianos Esther.



En 1949, la République fédérale d'Allemagne d'une part et la République démocratique allemande d'autre part sont créées. Les années qui suivent ont démandées à l'entreprise Förster de déployer beaucoup d'énergie, ainsi que le sens du sacrifice et la détermination de poursuivre l'aventure commencée un siècle plus tôt par Friedrich-August Förster.




Drapeau de la République démocratique allemande, 1949-1990.



Avec l'émulation entre l'Est et l'Ouest, la production prend des allures qui allient la ligne classique à un modernisme de bon goût. Les années 50 et 60 sont celles de la reconstruction, de la stabilisation et de la rationalisation. August Förster Löbau propose une gamme étendue de modèles.



  
  
  
  
  
Exemples de modèles proposés.
Extrait du catalogue en feuillets Förster - Founded in 1859, c. 1949.
Collection Pianos Esther.



Après la chute du IIIe Reich (1945), la Tchécoslovaquie retrouve ses frontières. La filiale d'August Förster à Georgswalde, qui devient en tchèque Jirikov, est nationalisée. Elle continue de produire des pianos marqués Förster mais progressivement ces pianos ne conservent pas le niveau de qualité d'origine. Bientôt, ce seront des "Petrof" démarqués. Cette situation ne prendra fin que bien après la chute du mur de Berlin et la réunification allemande vers 2000. La fabrique d'origine, quant à elle, située à Löbau (Allemagne de l'Est 1949-1990) poursuit une production du plus haut de gamme. Dans le contexte politique et économique non sans difficultés de la R.D.A., le coeur historique de Förster parvient à se maintenir sous le sigle de l'harmonie et de la tradition. August Förster survivra et, aujourd'hui, après la réunification allemande, c'est à Löbau i/Sachsen que circule la sève de la saga Förster.





Couverture du catalogue August Förster - Czechoslovakia, [1959].
Collection Pianos Esther.



 
 
Extrait de August Förster - Czechoslovakia, [1952].
Collection Pianos Esther.




Extrait de August Förster - Czechoslovakia, [1952].
Collection Pianos Esther.




Extrait de August Förster - Czechoslovakia, [1952].
Collection Pianos Esther.




Couverture du catalogue Weinbach, années 50.
Collection Pianos Esther.




Piano droit August Förster (fabrication Petrof), 2000.
Il s'agit d'un des derniers instruments fabriqués en Tchéquie et marqué August Förster par Petrof.
Collection Pianos Esther.



1959 : le centième anniversaire se passe sous le régime de la Deutsche Demokratische Republik (République démocratique allemande). Manfred Förster est décédé en 1952. Gehrard le suit en 1966. La firme est en partie nationalisée puis complètement en 1972 sous la dénomintation Volk-Eigene-Betrieb Flügel und Piano-Bau Löbau. Elle retrouve son nom en 1976 : VEB Förster Pianos Löbau toujours sous la conduite d'un membre de la famille Förster (Wolfgang) pour être intégrée par après dans la D.P.U. (Deutsche Piano-Union).




En-tête de facture de la VEB FÖRSTER PIANOS LÖBAU, 1978.
Collection Pianos Esther.



  
La même fabrication de Löbau sous les marques Berger et August Förster.
La marque Berger était utilisée par Förster Löbau pour le marché du Benelux, de 1950 à 1991, pour des raisons de droit commercial.




Matériel publicitaire en matière synthétique (D.D.R. 1980).
Collection Pianos Esther.



  
Piano de la série des modèles 116 Super D (version moderne) de l'entreprise August Förster, Löbau. Leipziger Messe, octobre 1973.
Piano à queue (finition poli noir) de l'entreprise August Förster, Löbau. Présentation avec violon sur le stand de la Leipziger Herbstmesse, 1974.
Piano de la série 116 Super C (version Chippendale) de l'entreprise August Förster, Löbau. Leipziger Messe, octobre 1973.
Collection Pianos Esther.



  
Piano de la série des modèles Chippendale, finition noyer. de l'entreprise August Förster, Löbau. Leipziger Herbstmesse, 1975.
Piano à queue (finition noyer satiné) de l'entreprise August Förster, Löbau. Leipziger Herbstmesse, 1976.
Piano de la série des modèles Modern, finition noyer. de l'entreprise August Förster, Löbau. Leipziger Herbstmesse, 1976.
Collection Pianos Esther.



  
Photographies argentiques originales de Friedrich Weimer réalisées dans le cadre de la Leipziger Herbstmesse pour la Deusche Piano-Union, 1976.
(Piano droit August Förster - 116 cm sous la marque Berger / Piano à queue August Förster - 190 cm sous la marque Berger.
Collection Pianos Esther.



1991 marque la reprivatisation. Sous la conduite de Wolfgang Förster et de sa fille Annekatrin (4e génération), la firme poursuit son chemin. Chaque année, 100 pianos à queue et 150 pianos droits sont produits dans des conditions de fabrications d'artisanat d'art du plus haut niveau. Notre maison de Liège est fière d'avoir participé dans les années 30 à la renommée de Förster en Wallonie. Ainsi un piano à queue de concert August Förster fut mis à la disposition des concerts de la salle du Conservatoire de Musique de Liège (des sonates de George Enesco furent jouées, un gala Fritz Kreisler, un récital Vlado Perlemuter, Wilhelm Backhaus, mais aussi Henri Koch) et aussi des concerts de piano en la Salle académique de l'Université de Liège avec des oeuvres de Fernand Quinet, avec Charles van Lancker, Jean Rogister, etc.) Par après, notre firme a soutenu la survie d'August Förster sous le régime de l'Allemagne de l'Est par des achats importants qui ont bénéficié à nombre de nos clients.




                           
TRADITION, ELEGANCE, HARMONIE. AFFICHE FÖRSTER, 1935.    APERÇUS DE LA FABRIQUE D'AUGUST FÖRSTER DE LÖBAU, AUJOURD'HUI.



Retour     Accueil

Carte du site